•  

                 A l'occasion de la fête de l'été, j'ai fort envie de vous parler de mon oranger du Mexique (Choisya doré), depuis plusieurs années il s'étale dans mon jardin de plus en plus magnifique de plus en plus majestueux.

                  Eté comme hiver il rayonne tel un petit soleil, réjouissant ma vue et au beau temps mon odorat de ses effluves  délicates semblable en  plus léger à celui de l'oranger. 

     


     Choisya, mon beau Choisya.


     Choisya, tu trônes dans le jardin,

     Etalant ton feuillage doré,

     En distillant ton doux parfum,

     Fleurant celui de l’oranger.

     Seule la neige te déplait,

     Printemps et surtout en été,

     A t’exhiber tu te complais.

     Tu frissonnes sous le vent,

     Quand les promeneurs éblouis,

     En photo te prennent souvent,

     Il s’agit de gens avertis.

     Admirateurs évidemment

     Ton beau feuillage ensoleillé

     Produit un véritable enchantement

     Oranger du Mexique doré.


     Bobital, le 21 Juin 2014

      

    *                                      

      

     


     


     


     


     


     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Elle nous a quittés mon amie  de longue date, je suis triste c'est certain, mais je crois que pour elle ce fût une délivrance. Nous ne pourrons plus évoquer nos souvenirs, souvent drôles. Reste la nostalgie de ces bons moments à jamais impérissables.

     

     

     En hommage à Janine,

    Mon Amie, Ma Copine.

     

    Janine, Mon Amie, Ma Copine

    Maman & Jeanine

     

      

    Je voudrais te donner

    Une rose rose-pâle

    Symbole d'histoire,

    Profonde et ineffable.

     

    Janine, Mon Amie, Ma Copine

      

    Mais je suis bien trop loin

    Et ne peux qu'évoquer

    Avec humour et soin

    Quelques faits du passé

      

    Nos fous-rires impromptus

    Pour un geste ou un mot,

    Qui laissaient très décus

    Les aigris et les sots

      

    Janine, Mon Amie, Ma Copine

    Janine, JYann, Maman en 2001

     

    Et ces éclats moqueurs

    Tintant dans le lointain,

    Sont gravés dans mon coeur,

    Ils seront là demain,

      

    Et demain et d'autres demains,

    Pour adoucir le chagrin.

      

    Janine, Mon Amie, Ma Copine

    Avec Jean dit Jeannot son tane.

      

    Bobital, le 1er Juin 2014.

      

      *

    En 2012, à l'occasion de son anniversaire, je lui avais écrit le poème suivant :

    A Ma Copine Janine

    En ce jour d’anniversaire,

    Ne sachant pas trop quoi t’offrir,

    J’ai eu l’idée de te faire

    Un bouquet de bons souvenirs.

     

    Les fleurs seront des images,

    Composées de mots et de flashs,

    Formant page après page

    Un livre qui rien ne cache.

     

    Nos retours dans ta 2 Chevaux,

    Comme on n’y voyait goutte,

    Après avoir pris un p’tit pot;

    Sobres nous l’étions, sans doute!

    Le Coupable était le brouillard,

    Nous roulions, bien souvent "au son",

    Pour ne pas être en retard,

    Rentrant, direct, à la maison.

     

    Et nos petites échappées,

    Chez Métagraph ou chez Ferrant

    Acheter crayons et papier,

    Et bien sûr, d’autres documents.

    Ne pas oublier nos arrêts,

    Quand nous écoutions des chansons,

    Dans un snack simple et discret,

    Devant une saine boisson.

     

    Nous redémarrions très en forme,

    Vers le bureau, sans nous presser

    Y affronter femme, hommes

    Toujours disposés à râler.

    Mais nous vivions des jours heureux,

    Bien ancrés dans ma mémoire,

    Et entourés d’un ruban bleu,

    Ça ferait une histoire.

     

    A conter à la veillée,

    Mais je crois qu’à Tahiti,

    Ce serait mieux à midi

    Afin de mieux rigoler.

     

    Avec des bisous de ta copine Lili, le 8 Juillet 2012.

    *

     

                

     


    votre commentaire
  • Mon laurier du Portugal

             A quelques jours de la fête des mères, j'ai un soudain désir de rendre hommage à mon laurier du Portugal (de son nom savant prunus Lusitanica).

             Ce bel arbre d'environ 5 mètres, âgé d'une quarantaine années, orne mon jardin toute l'année de son joli feuillage vert brillant.

              Il atteint son apothéose en mai, où il se couvre de grappes de fleurs blanches, la floraison coïncide ave la fête des mères et c'est pour moi, une grande satisfaction. Bien sûr cette explosion ne dure pas très longtemps, mais qu'importe cette régularité fait mon admiration. Tout doucement les petites étoiles blanches se transforment en baies d'abord rouges puis noires. Et c'est le cycle naturel les fruits (non comestibles) tombent ainsi que la hampe qui les soutenait.

              Mon laurier du Portugal retrouve sa ramure, d'un vert luisant, les jeunes feuilles étant plus claires que les anciennes lui donnent un coup de jeune.

              Ce côté persistant me charme particulièrement en automne ou en hiver quand ses voisins sont complètement dénudés. Je dois avouer que tous les arbustes qui ont cette qualité m'enchantent tout autant. 


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires